en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         Les contraintes et les risques pour la santé sont nombreux         Les maladies professionnelles         Les risques d’accidents du travail         Les moyens mis en jeu pour la sécurité         Les difficultés rencontrées         Accident du travail : hommage aux bûcherons         Le bûcheron et l’accident vue par un sociologue

Les contraintes et les risques pour la santé sont nombreux

Il y a aussi des problèmes dus à la santé, car en moyenne un bûcheron arrête son activité à 52 ans. Très peu de bûcherons arrivent à 60 ans à la retraite car ils sont usés par ce travail.

Quand ils arrivent en fin de carrière autour de 50 ans, les bûcherons ont beaucoup de difficultés à effectuer leur travail. Cependant, nous ne sommes pas reconnus comme exerçant un métier pénible. En moyenne un bûcheron décède à 62 ans !

Cela est normal, une personne qui travaille toute l’année, par tous les temps, dans des conditions difficiles à la tâche du matin au soir a forcément des problèmes de santé. Ces problèmes sont articulaires ou aussi par la pollution des gaz d’échappements de la tronçonneuse. Il y a aussi des problèmes suite aux coups, un bûcheron qui tombe subit un choc. Ainsi un bûcheron qui fend du bois reçoit toute la journée des chocs, des vibrations de tronçonneuse, etc. Il y a aussi les problèmes suite à l’utilisation de produit phytosanitaire, ceux-ci sont dangereux voire mortels. Nous mettons du répulsif pour protéger les petits plants du gibier ou parfois des produits genre K-othrine sur les bois d’oeuvre qui sont utilisés pour l’industrie pour empêcher ces bois d’être atteints par les scolytes.

De ce fait, nous manipulons des produits hautement toxiques. Cependant certains bûcherons refusent de le faire, mais on les oblige plus ou moins. Ces produits sont hautement toxiques et atteignent parfois la santé. Auparavant, on n’utilisait pas de produits chimiques ou très rarement.





Les contraintes et nuisances selon Bossons-fute.com

Le site Internet bossons-fute.com a divisé les contraintes et les nuisances en diverses catégories :

Les contraintes et nuisances physiques :
 ? Travail aux intempéries, rendant le port des équipements de protection pénible en été
 ? Vibrations des outils (tronçonneuses)
 ? Vibrations des machines forestières
 ? Manutention manuelle
 ? Postures entraînant des tensions musculaires


Les contraintes et nuisances mentales :
 ? Vigilance, sens de l’observation
 ? Maintien d’un bon équilibre
 ? Stress en cas de travail au rendement

Les contraintes et nuisances sensorielles :
 ? Bruit des outils et des machines utilisées

Les contraintes et nuisances cancérigènes, mutagène ou toxiques pour la reproduction :
 ? Exposition aux poussières de bois pouvant être responsable de cancers primitifs de l’ethmoïde et des sinus de la face
 ? Rayonnement ultraviolet (UV) solaire pouvant être responsable de cancers de la peau

Les contraintes et nuisances chimiques :
 ? Essence, huiles de moteur, huile de chaîne (pour la tronçonneuse)
 ? Gaz d’échappement : hydrocarbures aromatiques (toluène, benzène), oxyde de carbone, oxydes d’azote, formaldéhyde

Les contraintes et nuisances infectieuses :
 ? Morsures de tiques, de mammifères
 ? Tétanos possible en cas de blessure
 ? Zoonoses : leptospirose, maladie de Lyme, fièvres hémorragiques avec syndromes rénaux dus aux agents infectieux du groupe hanta virus, encéphalite virale à tiques

La plupart des risques cités par l’intervenant apparaît dans les maladies répertoriées par le site bossons-fute.com. Il y a ainsi beaucoup de nuisances et de contraintes dans la pratique du métier de bûcheron.(source www.bossons-fute.com)




fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3