en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         Départ à la retraite du dernier bûcheron         le départ à la retraite d’un bûcheron, Bernard Haegy.         Le record pour un bûcheron : 43 ans d’incompétence         Forêts Des bûcherons « qui se tuent au travail »         Forêt « Elle ne doit pas devenir une usine à bois »         De moins en moins de bûcherons         Bûcherons dans les forêts de la Meuse         Bûcherons : un demi-siècle de formation         les bûcherons inquiets pour leur métier et la forêt         Des conditions de travail à la hache         Les débardeurs inquiets le 10 janvier 2010         Les communes forestières s’inquiètent         Les forestiers font de la résistance         René Commis forestier

Les forestiers font de la résistance

Des plaquettes pour le directeur de l’ONF



Drapeaux aux couleurs du SNUPFEN (syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel) à la main, une quarantaine d’agents alsaciens de l’Office national des forêts ont manifesté hier matin à Strasbourg, sous les fenêtres de la direction territoriale de l’office. Ils ont déposé symboliquement des plaquettes forestières devant le bureau de Jean-Luc Dunoyer, directeur territorial pour l’Alsace, pour dénoncer le mode de gestion des forêts qui leur est imposé. Et ce au moment où, à Paris, les administrateurs de l’ONF entamaient l’examen du budget 2010 de l’office.

« Nous avons été formés pour faire de la gestion durable or on nous demande de faire du court terme pour équilibrer le bilan annuel », explique un manifestant. Résultat : « La pression sur les prélèvements devient difficile à gérer ». Les forestiers comptent en appeler aux élus pour qu’ils se « saisissent du problème » et qu’ils « reprennent les choses en main ».

O.W. D N A Édition du Ven 5 mars 2010



Les forestiers font de la résistance

Réunis au Mont Sainte-Odile, quelque 80 forestiers ont dénoncé hier la dégradation des conditions de travail à l’Office national des forêts. Ils ont appelé leurs collègues à refuser les surcharges de travail consécutives à des suppressions de postes.
Le sentier des merveilles compte désormais une sculpture de plus. Un poing fermé, dressé vers le ciel, qui trône à proximité du mur païen, à quelques pas des statues représentant les animaux du massif vosgien. L’objet a été déposé là solennellement hier matin par la petite centaine de forestiers alsaciens qui avait répondu à l’appel du Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel (SNUPFEN-Solidaires) de la région Alsace.
Non aux surchargesde travail
Ils entendaient ainsi dénoncer la dégradation des conditions de travail à l’ONF depuis 2002, date de la « réorganisation générale de l’établissement, basée sur la réduction des effectifs et la recherche du profit maximal », a rappelé le secrétaire régional Jean-Marie Rellé. Des actions dans ce sens étaient d’ailleurs organisées un peu partout en France hier, au moment où le comité d’hygiène et de sécurité de la direction territoriale du Sud-Ouest, à Toulouse, était appelé à se prononcer « sur l’imputabilité au service du dernier suicide d’un collègue ».
Depuis 2002, souligne M. Rellé, « le taux de suicide des chefs de districts forestiers a été multiplié par dix » et « les maladies liées au stress explosent ». C’est la conséquence, estime-t-il, de « la pression énorme qui pèse sur les forestiers pour faire un maximum de profit » aux dépens « des missions de service public », et de l’alourdissement de la charge de travail « qui a progressé de 30 % » en six ans. Pour les forestiers, il n’est pas question d’aller au delà. La journée d’hier avait d’ailleurs également pour but « d’appeler à la résistance », de « resserrer les rangs et de mettre sur pied des collectifs de lutte pour qu’en Alsace, plus aucun forestier ne soit contraint de subir de nouvelle surcharge de travail à cause d’une réduction d’effectifs ». Car, indique M. Rellé, d’autres semblent s’annoncer. Exemple : « La forêt du mont Sainte-Odile va perdre son forestier. Il va partir à la retraite et ne sera pas remplacé », ce qui occasionnera du travail en plus pour les chefs de triages voisins, appelés à se partager son territoire.

Courrier aux élus

Parce qu’ils ont le sentiment de ne pas être entendus par le directeur général de l’ONF (le SNUPFEN a même déposé contre lui une plainte nominative pour non-respect de la loi et mise en danger de la vie d’autrui), les forestiers ont décidé hier d’envoyer un courrier à tous les élus de la région, pour les sensibiliser à leur situation et leur exposer leurs revendications. Ils réclament une enquête approfondie et indépendante sur le malaise à l’ONF, le maintien de l’emploi à 6 775 équivalents temps plein, l’abandon de l’individualisation des carrières, l’arrêt des primes au mérite et des suppressions de site, un moratoire sur les fusions d’agences ainsi que la renégociation du fonctionnement de l’ONF avec les partenaires sociaux.
Odile Weiss
Édition du Mer 23 jan. 2008



Article suivant : René Commis forestier

fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3