en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         Les contraintes et les risques pour la santé sont nombreux         Les maladies professionnelles         Les risques d’accidents du travail         Les moyens mis en jeu pour la sécurité         Les difficultés rencontrées         Accident du travail : hommage aux bûcherons         Le bûcheron et l’accident vue par un sociologue

Le bûcheron et l’accident vue par un sociologue

Le sociologue Florent Schepens Docteur de l’université de Franche-Comté a réalisé différentes études sociologique sur le métier de bûcheron, je vous propose de les découvrir :

L’erreur est humaine mais non professionnelle : le bûcheron et l’accident.

Résumé :

Les activités exercées par les bûcherons sont dangereuses. Conscient de cette propriété, le groupe professionnel porte une attention particulière à la formation de ses nouveaux membres. Savoir repérer les situations de travail hasardeuses permet, dans une certaine mesure, de se mettre à l’abri des fautes professionnelles. En revanche, la maîtrise de l’activité n’est pas suffisante pour se prémunir des risques inhérents à l’exercice de la profession : le bûcheron est parfois exposé à des dangers imprévisibles et ce, quelle que soit son habileté. Fortement marqué par le paradigme de la responsabilité, le discours de ces professionnels sur les risques liés à leur activité forme un système de protection — une idéologie défensive de métier — leur permettant de travailler en acceptant de telles conditions d’incertitude. C’est ce système et l’environnement dans lequel il prend forme qui sont examinés dans ce texte.
Texte complet disponible sur :

http://52articles.wordpress.com/2009/07/19/l%E2%80%99erreur-est-humaine-mais-non-professionnelle-le-bucheron-et-l%E2%80%99accident/#more-89

Bûcheron : une profession d’homme des bois ?

Résumé :

Se faire traiter de bûcheron, en Franche-Comté, peut être considéré comme une insulte car c’est être désigné comme « pas très malin » et plutôt brutal. Les bûcherons sont construits comme des hommes sans qualités. N’exercent cette activité que ceux qui ne pouvaient rien faire d’autre. Il existe des images sociales plus flatteuses. De plus, la forêt est le lieu du sauvage et les êtres qui la peuplent sont, eux aussi, nécessairement sauvages, sinon comment feraient-ils pour y vivre ? Le bûcheron devient alors un homme des bois, c’est-à-dire un homme dont l’humanité est problématique. Il s’agira alors pour nous de mettre en évidence, à travers l’étude de représentations graphiques et d’extraits d’entretiens, les préjugés qu’entretient la société sur les bûcherons, ceux que ces derniers entretiennent sur eux-mêmes, et d’en proposer une analyse.

Texte complet disponible sur :

http://www.ethnographiques.org/2003/Schepens




fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3