en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         Une lumière au cœur de l’hiver         Le Gui, plante symbolique de l’hiver         La Nature Cosmique du Gui         Le Gui et l’Ancienne Lune         Un comportement d’extra-terrestre         Mythe de Balder         Rama et la plante sacrée des druides         La Symbolique Celtique         Druide         Le Gui et la Lune         Le Rameau d’or         Le Gui, Plante de Lumière         Les relations du Gui et de l’arbre         Noël, Fête de la Lumière.         Le Gui

Rama et la plante sacrée des druides

Tous les grands récits mythologiques s’enracinent dans une vraie connaissance de la nature essentielle du monde. Les bribes qui nous sont encore accessibles demeurent des clés précieuses. C’est ainsi que nous trouvons dans l’Epopée de Ram, l’origine du Gui comme plante sacrée des druides.

Ram ou Rama dans les récits hindous, est un initié, un conquérant et le législateur qui va créer au cœur de l’Asie, de l’Iran jusqu’en Inde, un centre rayonnant, une impulsion spirituelle d’où vont partir plusieurs traditions.

C’est dans l’Antique Scythie qui va de l’Océan Atlantique aux mers polaires, que Rama voit le jour. A cette époque, les fils des hyperboréens dressent de gigantesques pierres dans la nature et les druidesses visionnaires prophétisent sous les arbres. C’est au cœur de la forêt, à l’ombre des chênes millénaires que l’antique race blanche a reconnu l’expression du Divin.

Les druidesses d’abord noblement inspirées sont devenues cruelles et ambitieuses. Les dieux réclament des sacrifices humains et le peuple s’enferme dans les superstitions.

Rama est alors un jeune prêtre plein de douceur et de sagesse qui aspire à la Science du Divin. Il connaît les secrets des plantes et le pouvoir des astres. Il voit aussi le devenir des choses, les druides l’appellent « Celui qui sait ». Rama s’insurge et s’inquiète de ces cultes fanatiques, quand un autre fléau s’abat sur la population. Les hommes meurent par milliers, atteints par la peste. Le jeune druide y voit le signe du châtiment céleste et tremble pour l’avenir de sa race. Un soir, après avoir longuement médité sur les malheurs de son peuple, il s’endort sous un chêne, dans une clairière. Il entend dans son sommeil une voix forte l’appeler par son nom. En ouvrant les yeux il aperçoit devant lui un homme vêtu comme lui de la robe blanche des druides et qui tient à la main une baguette autour de laquelle s’entrelace un serpent. L’inconnu sans un mot le prend par la main, le fait lever et lui montre dans l’arbre sous lequel il était couché une très belle branche de Gui, et le lui désigne comme le remède recherché. Avant de disparaître il lui confie les différentes façons de préparer le Gui. A son réveil, Rama s’empresse de cueillir et de préparer le Gui suivant les indications de l’inconnu. Mêlé à une liqueur fermentée il fit boire ce nouveau breuvage à un malade qui guérit, puis à un deuxième, un troisième et il obtient ainsi des centaines de guérisons qui le rendirent célèbre dans toute la Scythie.

Rama confia sa découverte aux druide de sa peuplade en ajoutant qu’elle devait rester le secret de la caste sacerdotale. Cet événement fut l’origine d’un culte nouveau : le Gui devint une plante sacrée. Par la suite Rama partit à la conquête de l’Inde, entraînant avec lui l’élite de sa race. Il sera le fondateur d’un nouvel ordre social et spirituel. De ce centre rayonnant différentes colonies partiront essaimer à travers l’Asie et l’Europe. Seuls les Celtes d’Europe conservèrent le Gui de Chêne comme plante sacrée.

Claire BONNET



Article suivant : La Symbolique Celtique
Article précédent :Mythe de Balder

fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3