en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         La croix du Mont         Le Rocher des Anneaux         Le creux chêne et les sorcières         Une histoire vrai         Un vieil homme...

Une histoire vrai

Un jour, un bûcheron était occupé à couper une branche qui s’élevait au-dessus de la rivière. Soudain la hache tomba dans la rivière. L’homme pleurait si amèrement que Dieu lui apparût et lui demanda la raison de son désespoir. Le bûcheron lui expliqua alors que sa hache était tombée dans la rivière. A sa grande surprise, il vit Dieu plonger dans la rivière et remonter une hache d’or à la main :
Est-ce là ta hache ?, lui demanda-t-il.
Le bûcheron lui répondit :
Non.
Aussitôt Dieu retourna dans l’eau et revint cette fois avec une hache en argent :
Est-ce là ta hache ?, lui demanda-t-il à nouveau.
A nouveau le bûcheron lui dit :
Non.
A la troisième tentative, Dieu revint avec une hache en fer, et lui demanda à nouveau :
Est-ce là ta hache ?
Oui !, lui répondit cette fois le bûcheron.
Dieu, touché par l’honnêteté de l’homme, lui donna les trois haches. Le bûcheron rentra tout heureux à la maison.
Quelques jours plus tard, le bûcheron longeait la rivière en compagnie de son épouse. Soudain celle-ci tomba à l’eau. Comme l’homme se mit à pleurer, Dieu lui apparût à nouveau et lui demanda la raison de son chagrin.
Ma femme est tombée dans la rivière, lui répondit l’homme en sanglotant.
Alors Dieu plongea dans la rivière et réapparut avec Jennifer Lopez dans les bras :
Est-ce là ta femme ?, lui demanda-t-il.
Oui !, hurla l’homme.
Dieu, furieux, fustigea l’homme :
Tu prends le risque de me mentir ? Je devrais te damner !
Le bûcheron l’implora :
S’il te plaît, Dieu, pardonne-moi ! Comment aurais-je dû répondre ? Si j’avais dit ’Non’ à Jennifer Lopez, la fois prochaine tu serais remonté avec Catherine Zeta-Jones. Si, à nouveau, j’avais dit ’Non’, tu serais revenu avec mon épouse et j’aurais dit ’Oui’. A ce moment-là, tu me les aurais données toutes les trois. Mais je suis pauvre et pas du tout en mesure de nourrir trois femmes.
Ce n’est que pour cette raison là que j’ai dit ’Oui’ la première fois.
La morale de cette histoire ?

LES HOMMES NE MENTENT QUE POUR DES RAISONS PARFAITEMENT HONNÊTES ET TOTALEMENT COMPRÉHENSIBLES



Article suivant : Un vieil homme...
Article précédent :Le creux chêne et les sorcières

fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3