en-tete
en-tete2 btn-gallerie-image
en-tete4 btn_histoires et poésie en-tete6
en-tete7 btn-metier-bucheron en-tete9
btn-accueil

Menu

Articles de la même rubrique:         Les contraintes et les risques pour la santé sont nombreux         Les maladies professionnelles         Les risques d’accidents du travail         Les moyens mis en jeu pour la sécurité         Les difficultés rencontrées         Accident du travail : hommage aux bûcherons         Le bûcheron et l’accident vue par un sociologue

Les risques d’accidents du travail

Actuellement, on met des jeunes qui sont placés directement sur le terrain et il y a beaucoup d’accidents et maladies professionnelles. Parfois il y a aussi, quelques accidents mortels. Les déclarations d’accidents et maladies professionnelles pour les deux département alsaciens en forêt de janvier 2003 à novembre pour l’exploitation sont de 88 déclarations avec les non exploitant le total est de 137 déclarations ou 11 325 jours indemnisés du 1/1/003 au 3/12/2003 source C. A. A. A. (Caisse d’assurance accidents agricole du Haut-Rhin). Cela est vraiment beaucoup par rapport à une entreprise de la même taille avec un nombre égal de salariés en région alsace il y a 330 salariés forestiers pour l’année 2004.

De plus, il faut travailler toujours d’avantage et plus vite dans de mauvaises conditions, la moyenne d’âge étant de plus en plus élevé, cela entraîne forcément des accidents.

Il y a différentes façons de travailler en forêt. Parfois on nous oblige à travailler avec des personnes que l’on ne connaît pas au niveau du travail et cela peut être dangereux. Mais à deux cela aussi peut-être dangereux si on est trop proche. Par exemple lors de l’exploitation des bois dans une petite parcelle, si un arbre tombe cela peut être dangereux pour le collègue. Il faut donc garder certaines distances de sécurité. Cela n’est pas toujours possible d’être suivi, mais il faut aussi savoir que deux salariés travaillant trop loin l’un de l’autre peuvent aussi être dangereux.

J’ai vécu une expérience ou deux bûcherons travaillaient ensemble à quelques mètres l’un de l’autre. Un bûcheron a coupé une cime qui faisait environ 40cm de diamètre et sans qu’il s’en aperçoive cet arbre a roulé sur lui. Il a reçu cet arbre sur le torse. Heureusement que son collègue était à quelques mètres de là car il est tout de suite arrivé avec sa tronçonneuse et lui a tout de suite dégagé son torse en coupant l’arbre. Cela lui a permis de sauver la vie de son collègue. Cette personne se serait trouvé à 50 ou 60 mètres, c’était la mort assurée.

Nous avons un métier où il y a des contrastes, si on travaille trop loin c’est dangereux, et si on travaille trop près c’est aussi dangereux. On est toujours obligé de s’adapter à différentes situations et avoir une certaine vigilance. Regarder ce que fait le collègue, où il se situe car cela peut être extrêmement dangereux pour soi-même si le collègue a un moment d’inattention, il peut très bien provoquer un accident sur lui ou à une autre personne. Il faut toujours avoir une surveillance sur les collègues au travail, voir même sur les promeneurs, l’encadrement qui arrive bien souvent pas équipé, Il pourrait se retrouver en dessous d’un arbre sans qu’on le remarque. Les promeneurs et les VTT sont aussi dangereux, car il y a des gens qui font du VTT et passent partout dans la forêt et les VTT se déplacent vite, et on ne les entend pas. Il est difficile d’interdire l’accès des chantiers les gens traversent les chantier sans conscience du danger, et il ne respecte pas les indications des panneaux.



Article précédent :Les maladies professionnelles

fin1
Toutes les informations du site sont données à titre indicatif. Les photos du sites sont soumises au droit d'auteur en rigueur. Merci de ne pas les copier.
Site optimisé 1024*800
copyright Bûcheron-sylviculteur
fin2
fin3